Entre Pères & Mers

Phare d'Eckmühl

Et de Penmarc'h

54300 - 47° 47,9' N - 04° 22,4' W

Quel nom étrange pour un phare Breton...

"Ce phare a été élevé à la mémoire du Maréchal Prince d'Eckmühl par la piété filiale de Napoléon-Louis Davout , duc d'Auderstedt, prince d'Eckmühl, son fils unique, mort sans enfants, et par sa fille Adélaïde-Louise d'Eckmühl, marquise de Blocqueville , également morte sans enfants."

Le phare d'Eckmühl est situé sur la pointe de Penmarc'h dans le Finistère sud entre Audierne et le Guilvinec. Le phare d'Eckmühl est l'un des plus beaux phares de nos côtes.

Quelques chiffres : Le phare a une hauteur totale de 66,23 mètres. Il possède un soubassement carré de 9,43 m surmonté d'un socle carré de 2,96 m qui porte une tour octogonale de 32,63 m sur laquelle est posée une corniche carrée de 6,81 m, une campanile de 4 m et une lanterne cylindrique de 9,5 m. 272 marches composent l'escalier de la tour.

La tour fut construite dans la meilleur pierre disponible, du Kersanton (ou Kersatite). La Kersatite est une pierre volcanique, composée de feldspath oligoclase et de mica magnesien, qui possède d'excellentes propriétés de résistance aux éléments et permet un travail de taille aisé. Ces pierres furent extraites des carrières de Logonna et de l'Hopital de la région de Brest.

Ce phare a une histoire surprenante. En 1809, le Général Davout remporta pour Napoléon Bonaparte une victoire contre les Autrichiens près du village d'Eggmühl en pays bavarois. Après cette victoire, Napoléon fit Davout Prince d'Eckmühl. Sa fille Adélaïde-Louise d'Eckmühl n'avait pas d'enfants et elle décida avant sa mort de léguer à l'administration des phares un don de 300 000 Francs pour construire un phare utile et majestueux à la mémoire du nom de sa famille disparaissant avec elle. A sa disparition en 1892, il en fut ainsi et le phare d'Eckmühl vint remplacer le phare de Penmarc'h, obsolète et dont d'importants travaux de rehaussement étaient prévus depuis  1890.

 

Cliquez pour agrandir

 

 

Cliquez pour agrandir

 

Au début du XV ème siècle, on note la construction d'une tour à la chapelle Saint Pierre sur la pointe de Penmarc'h. Penmarc'h était alors, un port très riche, point de départ de cabotage. L'utilisation de foyers n'était alors destiné qu'à avertir de l'arrivée de pirates.

En 1792, début de la construction d'un phare : le phare de l'an II.

Le 11 Août 1809, durant un orage, un éclair foudroya la tour de la chapelle et réduisit sa hauteur de 17 à 12 mètres.

En 1831, la vieille tour utilisée comme phare provisoire fut équipée d'une lanterne. On y installa 4 becs d'Argand placés au centre de miroirs d'une portée de l'ordre de 4 lieues.

1835, inauguration du phare de Penmarc'h équipé de lentilles de Fresnel.

En 1890, après un projet de rehaussement du phare et devant les difficultés techniques, élaboration par les ingénieurs du service d'un projet de construction d'un phare à moindre coût.

22 décembre 1892, signature d'une convention entre l'exécuteur testamentaire de la Marquise de Blocqueville (fille de Davout), Monsieur Le Myre de Vilers et l'administration. Cette convention sera ratifiée par un décret ministériel le 16 mars 1893. La somme du legs vint alors s'ajouter au crédit du projet, le budget s'élèvera alors à 450 000 Francs.

De septembre 1893 à 1897, le chantier de construction sera placé sous la direction d'ingénieurs de l'administration centrale : MM. Bourdelles, Ribière et Bernard (Directeur). Les travaux seront exécutés par une société parisienne, l'entreprise Vabre. Les travaux prendront beaucoup de retard.

17 octobre 1897 à 18h05, allumage du feu électrique en présence de nombreuses personnalités dont le directeur de l'époque M. Quinette de Rochemont.

 

Le phare d'Eckmühl est équipé d'un plateau tournant muni de 2 optiques montées pointe à pointe. Son signal est un éclat blanc toutes les 5 secondes qui porte à 23 miles nautiques. Il dispose de 2 lampes de 650 watts chacune. Il est également équipé d'une corne de brume d'un son toutes les 60 secondes et d'un radio phare de puissance moyenne.

E.B.5 s [0,1]

Corne 1 son 60 s [3]

Toran

A lire : Eckmühl - Histoire des phares de Penmarc'h édité par l'association Mouezh Ar Vro, écrit par Roland Chatain.

Cliquez pour agrandir

Page réalisée le 1er janvier 2003 - Photos du 23 novembre 2002