Entre Pères & Mers

Phare de Kéréon

47850 - 48° 26,3' N - 5° 01,6' W

"Nul n'a passé Fromveur sans connaître la peur"

Le phare de Kéréon balise le passage du Fromveur au sud est d'Ouessant. Il fut construit sur l'écueil de Men-Tensel (Roche Hargneuse). Kéréon fait partie des cinq phares qui bordent Ouessant (Kéréon, la Jument, Nividic, le Stiff, le Créac'h).

Ce phare, surnommé "le palace" fut construit en partie grâce à une donation faite à la mémoire d'un ancêtre (comme Eckmühl) par Mme Jules Le Baudy. Kéréon est très connu pour son parquet en marqueterie et ses boiseries en chêne de Hongrie, cependant d'autres spécificités font de ce phare un palace. Entre autres choses, Kéréon fut élevé par 3 000 m3 de maçonnerie, vs 1720 m3 pour la Jument.

Kéréon est constitué d'une tour grise de 41 mètres, ce qui place son plan focal à 38 mètres au-dessus des plus hautes eaux.

C'est l'un des derniers phares en mer habité (avec Cordouan).

M. Guennegues, ouvrier du chantier trouva la mort après la chute d'une pierre en octobre 1911, ce fut le seul décès de ce chantier difficile.

 

Cliquer pour agrandir

Cliquer pour agrandir

 

1903, élaboration d'un projet de construction d'un feu sur Men-Tensel.

17 juin 1907, la commission des phares autorise la construction d'une tourelle en béton portant un feu automatique sur l'écueil.

1907, première campagne sur le rocher. En 43 accostages, 60 m3 de fondations sont maçonnées.

1908, seconde campagne qui amènera sur le rocher 140 m3 de fondations supplémentaires.

17 décembre 1908, autorisation par le ministère d'établir un simple feu automatique sur les fondations réalisées.

2 Janvier 1910, Mme Jules Le Baudy, petite nièce de Charles-Marie Le Dall de Kéréon, décapité par un tribunal de la révolution, écrit au ministère pour offrir sa donation.

"Ayant appris que le ministère des travaux publics était sur le point de commencer l'exécution d'un phare sur la roche de Men Tensel située  à l'Ouest de l'îlot de Loedoc, passage du Fromveur, et désirant honorer la mémoire de mon grand oncle, Charles-Marie Le Dall de Kéréon, par une contribution à l'érection d'un édifice de cette nature, j'ai l'honneur de vous proposer d'y concourir pour une somme totale de cinq cent quatre-vingt cinq mille francs. [...] Le phare portera après son achèvement le nom de phare de Kéréon."

31 Janvier 1910, le ministère accepte la donation ; le budget est porté à 750 000 francs. Le projet de phare automatique est abandonné, Kéréon sera un phare habité.

1911, accident mortel sur le chantier.

Durant la grande guerre, le chantier fut fortement ralenti par les difficultés d'approvisionnement  et l'élévation des coûts des matériaux. Le budget final sera de 975 000 francs.

25 octobre 1916, allumage du feu.

1977, installation d'une éolienne.

Si Kéréon est toujours habité, on pourrait penser que c'est pour préserver un si bel ouvrage du délabrement, mais c'est surtout et en tout cas officiellement car cet établissement d'accès difficile sert à la formation des contrôleurs.

 

 

Kéréon est équipé d'une lentille horizon de focale 0,92 m éclairée par une lampe halogène de 180 watts. Son signal est un feu blanc et rouge à 3 occultations dont la portée est variable en fonction de la couleur (Blanc : 17  miles ; Rouge 7 miles).

B.R. (2+1)Occ. 24 s [1;3;(1;9)2fois]

019-B.-248-R.-019

CORNE (2+1) sons 120 s [4;3;2;51;4;56]

 

Cliquer pour agrandir

Page réalisée en janvier 2003 - Photos du 22/11/2002